Mieux se connaitre pour appliquer ses bonnes résolutions en 2021

Mieux se connaitre pour appliquer ses bonnes résolutions en 2021

 

Oui, on ne peut aller au bout de nos résolutions si on ne se connait pas🤔!

On veut tous une vie parfaite : pour nous les femmes, un homme protecteur et amoureux, un bon job, des enfants, une belle maison… et la liste est plutôt longue avec les plaisirs de la vie !

Pour réaliser tout ça, il va falloir réussir sa vie !

Ok, mais comment justement réussir sa vie ?

C’est une question de choix. Pour réussir sa vie, il faut faire des choix qui nous rendront heureux. Mais pour faire des choix, il faut d’abord se connaitre !

Comment se connaitre soi-même ?

Pour se connaitre soi-même je vais détailler deux points principaux à savoir la découverte de soi et la confiance en soi.

1- D’abord faut partir à la découverte de soi-même !

Oui, se découvrir lorsqu’on est encore jeune et on n’a pas encore une personnalité bien construite est un exercice certes délicat mais nécessaire. On a tous du caractère, des gouts et surtout des valeurs ….se sont les points à partir desquels la découverte de soi commence par simplement s’interroger, un peu comme si on se prépare pour partir en voyage.

Partir en voyage là où on n’est jamais allé auparavant, on doit donc être bien équipé et renseigné. Cependant, on va énumérer tous ce dont on aura besoin pendant ce long voyage. Je vais te donner quelques pistes. Es-tu prêt ?

  • Connais-tu ton caractère ?

Tu dois faire le tour de tes grands traits de caractère. Es-tu méthodique, réfléchi, sûr de toi et original ou bien maladroit et brouillon ? Cet exercice te permettra de découvrir tes points forts et faibles et surtout tes qualités !

  • Sais-tu quel projet et pour quelles qualités ?

La découverte de ton caractère t’a bien permis de découvrir tes qualités. À la suite de la prise de conscience de tes qualités, tu vas maintenant t’interroger ou peux-tu les placer ? Dans quel projet ? Et dans quel domaine d’activité ? El là, tu vas te rendre compte que la découverte de ton caractère reste insuffisante, faut faire appel maintenant à tes compétences.

  • Tu t’es déjà poser la question sur tes compétences ?

Tes compétences sont tes talents et tes aptitudes qui vont t’aider à savoir ce que tu veux et surtout ce que tu peux faire dans la vie. Elles vont te permettre de réfléchir sur ton avenir et le devenir de ta vie. Pour les étudiants par exemple, vos formes d’intelligence peuvent vous aider à faire les bons choix de formation. Il est toujours plus facile de réussir dans un domaine qui te plait ou attire ta curiosité. Car par la suite viendra la motivation pour le chemin à suivre.

  • Quelles sont tes motivations ?

Tes motivations profondes sont liées à tes valeurs. Pourquoi un choix de formation ? Que recherches tu comme image ou métier ? Qu’attends-tu de ton image ou métier ? De ta vie sociale ? Pour faire court, qu’est ce qui est le plus important pour toi dans la vie ? C’est en répondant à ces multiples questions que tu vas trouver une orientation, ta direction et donner un sens à ta vie.

2- Prendre confiance en soi

 Après la découverte de soi-même, en faisant le tour de la question depuis ton caractère jusqu’à tes motivations, dis-toi que tu es à mi-chemin vers la réussite ; car tu as réussi à trouver ta direction et tu sais exactement ce que tu veux faire dans la vie de ce que tu ne veux pas !

En construisant ta personnalité, tu peux maintenant aller de l’avant les yeux fermés car tu es confiant et tu peux avoir un but dans la vie.

Olivier ROLAND te montre comment trouver ton but dans la vie en 20 minutes environ.

 

Appliquer ses bonnes résolutions pour réussir ses objectifs

Après la découverte de soi et la confiance en soi, se fixer des résolutions semble une nécessité pour évoluer vers ses objectifs dans la vie. C’est une manière de travailler sur soi même en continu afin de développer ses compétences et améliorer sa vie. Pour appliquer ses résolutions, il faut de la détermination et de la persévérance en ayant un but dans la vie.

En effet, il faut d’abord avoir un but dans la vie. Ensuite croire en son but est le puissant moteur pour appliquer ses résolutions. Tu vas donc y mettre de tes forces, ton imagination, tes talents et ceux que tu puisses trouver chez les autres. Tu vas donner le meilleur de toi-même pour atteindre ton objectif en appliquant tes résolutions et rendre ta vie meilleure.

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez meilleur. J’apprécie beaucoup ce blog, et en fait mon article préféré est celui-ci.

La maladie cœliaque en 13 questions

La maladie cœliaque en 13 questions

A travers 13 questions, je te présente ou se situe un peu la maladie cœliaque (MC) actuellement sur le plan recherche scientifique.

Mais d’abord, un petit rappel de ce que c’est la MC !

La maladie cœliaque (MC), ou intolérance au gluten, est de nos jours une des maladies digestives les plus fréquentes. Elle détruit la paroi de l’intestin grêle. Sa connaissance a beaucoup progressé durant ces vingt dernières années mais cette pathologie auto-immune, n’est toujours pas assez prise au sérieux. Une seule solution : une alimentation à zéro gluten à vie.

OK, mais coté perspectives …!

Un point relatif à l’évolution de la recherche scientifique sur la maladie cœliaque qui demande à être mieux connue, mieux prise en charge et mieux diagnostiquée.

 

Pour répondre à plusieurs questions sur la situation de la MC en France en 2020, le Pr Christophe Cellier, Chef de Service d’Hépato-gastro-entérologie et Endoscopie Digestive – Hôpital Européen Georges Pompidou,

répond comme suit :

 

1- Ou en est la recherche sur la MC ?

En réalité, il n’y a pas assez d’études sur cette maladie, les études qui ont été réalisées restent relativement anciennes.

2- Quelle est la fréquence de la MC en France ?

On parle de 0,5 à 2% de la population en fonction des régions. Mais en réalité ce chiffre représente uniquement 20 à 30% des malades. En revanche, la maladie cœliaque est « potentiellement » fréquente.

3- Existe t-il un traitement médical pour soigner la MC?

Les malades cœliaques préfèreraient sans doute avaler un comprimé plutôt que de s’astreindre à une alimentation rigoureuse à zéro gluten. Des études sur des traitements alternatifs sont en cours d’évaluation.

Malheureusement à ce jour, il n’existe aucun traitement médical pour soigner la MC, la seule solution pour guérir est une alimentaire stricte à zéro gluten.

4- De nos jours, est -il facile de suivre une diète à zéro gluten ?

Une diète à zéro gluten est extrêmement difficile à appliquer, le gluten étant partout.

5- Que pensez-vous des personnes qui adoptent une alimentation à zéro gluten par choix ou parfois en suivant la mode et non par nécessité ?

Une alimentation à zéro gluten pour ceux dont le diagnostic de la MC est négatif n’a aucun intérêt nutritionnel. Attention toutefois adopter une alimentation à zéro gluten pour une personne non cœliaque peut être problématique !

6- Que faut-il faire en cas de doute vis-à-vis de la MC ?

Très bonne question. Il faut tout simplement faire une prise de sang permettant de révéler les anticorps spécifiques de la maladie. Si c’est le cas, confirmer le diagnostic avec une biopsie.

7- Intolérance et sensibilité au gluten, quelle différence ?

On parle d’une hypersensibilité avec des symptômes sans risques de complications mais pour lesquels, le zéro gluten va apporter un soulagement.

8- Est ce que c’est une maladie qui touche tous les âges ?

On a pensé pendant longtemps qu’elle touche uniquement les enfants. Mais la réalité au fil du temps nous a montré que la tranche des 20 à 40 ans a été le plus diagnostiquée. 20% des dépistages touchent des personnes âgées de 60 ans et plus.

Pour info, j’ai été diagnostiqué à l’age de 27 ans !

9- Est ce que la MC touche plus les femmes ou les hommes ?

La maladie cœliaque est plus fréquente chez la femme par terrain de prédisposition génétique.

10- Est ce que la MC est génétiquement transmissible ?

Généralement, le risque de transmission est multiplié par 5 chez les apparentés au premier degré des sujets cœliaques. Néanmoins, dans 95% des cas, ils ne transmettront pas leur maladie.

Je te le confirme car mon fils est non cœliaque 😊.

11- Pensez vous que les malades respectent leur diète à zéro gluten ?

Le respect d’une alimentation à zéro gluten ne dépasse pas 50% des cas. C’est une maladie stressante qui a un grand impact sur la vie sociale. En effet, manger à zéro gluten est excessivement difficile, notamment en dehors de chez soi (au restaurant, chez des amis…).

12- Quel est le danger de ne pas suivre une alimentation stricte à zéro gluten ?

Ne pas suivre une alimentation stricte à zéro gluten expose le malade à la persistance des symptômes ce qui conduit à un risque accru d’inflammation de l’intestin grêle. Cela peut provoquer une déminéralisation osseuse aggravée. D’autre part, à des cas heureusement rares comme des lymphomes ou autres  cancers.

13- Pour guérir de la MC, une diète à zéro gluten est obligatoire et à vie ?

Absolument, pour améliorer cliniquement et rapidement l’état de santé des malades dès le début du régime alimentaire à zéro gluten. Ensuite, pour rétablir la villosité de l’intestin grêle car pour que l’intestin atrophié par la maladie cœliaque repousse, il faut compter un à deux ans. Cependant, pour ne pas rechuter et recommencer à zéro, il faut mémoriser que le gluten est tout simplement du poison qui détruit la villosité intestinale et que poursuivre le régime à zéro gluten est une prescription à vie… pour l’instant !

Alimentation saine à zéro gluten-3ème partie

Comment réussir une alimentation saine à zéro gluten ?

3ème partie – Sois le maitre de ta maison

Se mettre au régime à zéro gluten n’est pas si simple. Avant tout, il est nécessaire d’éliminer le gluten de ton alimentation puis de réapprendre à manger sainement.

Voici mes 6 conseils :

1- La cuisine est l’endroit le plus important ou tu dois faire attention aux contaminations.
Oui, la cuisine est le meilleur endroit ou peut se trouver le gluten. Il faut que ta cuisine soit bien organisée et très propre pour ne prendre aucun risque de contamination croisée dans le cas ou le reste de la famille ne sont pas concernés par une alimentation à zéro gluten.

 

2- Prévoir des ustensiles séparés pour toi-même. Une couleur ou un modèle particulier pour tes ustensiles peut t’aider à les distinguer et ne pas les mélanger avec ceux utiliser pour le reste de ta famille si tu es le seul à manger sans gluten ! Tu auras besoin de ton propre grille-pain, planche à découper, couverts, passoire et casseroles.

 

3- Garde tes aliments séparés des aliments contenant du gluten. Dans les armoires, tu dois avoir ta propre étagère et si tu as une cuisine assez grande, mets une armoire spéciale à ta nourriture. Plus c’est séparé mieux c’est pour toi et le reste de la famille.

 

4- Prends le temps de mettre une étiquette «zéro gluten» dans tous les endroits où il n’y a pas de gluten. Cela est nécessaire surtout quand tu as de la compagnie.

 

5- Assure-toi que ta famille est consciente à 100% des règles de la cuisine et que chaque membre de la famille veille sur leur respect.

 

6- Arme-toi de la patience et aussi de la prudence.

 

Alimentation saine à zéro gluten – 2ème partie

Comment réussir une alimentation saine à zéro gluten ?

2ème partie – Les motivations du cœur !

On a vu dans la 1ère partie que pour mettre en place un régime alimentaire strict à zéro gluten, la première question est celle de “Mindset”.

Oui, mais il ne suffit pas d’avoir de bonnes intentions ou de solides convictions pour être bien motivé.

As tu les bonnes motivations ?

As-tu parfois essayé d’évaluer tes motivations? 

On veut toujours faire quelque chose de bien…apporter un changement dans notre vie,

mais on se demande toujours, comment peut-on le faire ?!

Je veux dire, bien sûr, tu veux changer ton alimentation, adopter un régime alimentaire à zéro gluten car tu as la maladie cœliaque.

Tu veux te sentir mieux.

Tu veux passer plus de temps avec tes amis loin de cette gêne de douleurs ou de partir aux toilettes chaque 05 minutes;

Tu veux arrêter de faire la sieste plusieurs fois par jour.

Tu veux surtout arrêter d’oublier les noms des gens que tu croises dans ta vie!

Tu veux tout simplement profiter de ta vie à coté de tes proches et des personnes que tu aimes…etc

C’est terriblement difficile de savoir discerner si nos intentions sont pures.

Le cœur est complexe et on n’y comprend souvent pas grand chose, par fois même des motivations de nos propres cœurs.

 

Cela semble tellement évident, n’est-ce pas?

Mais lorsque tu commences ton régime alimentaire à zéro du gluten,

tu réalises que «c’est… très difficile. Oui, difficile d’abandonner le gluten, de ne plus manger sans gluten… , et c’est frustrant !

Mieux connaitre nos motivations nous rend plus convaincants

Évidemment, si on arrive à parler des qualités qu’on se reconnait totalement, non seulement cela nous rendent efficaces, mais encore mieux, nous font du bien !

« Il faut oser » ! Parler non seulement des qualités qui nous rendent efficaces mais aussi, heureux !

Changer ton alimentation du jour au lendemain n’est pas une tache facile. Je sais, je suis passée par là ! Mais c’est possible, car comme j y suis arrivée, tu vas réussir aussi !

Il faut oser utiliser la force que l’on a au fond de nous, « des qualités qu’on se reconnait totalement, que l’on peine à mettre en avant pour aboutir sur nos objectifs»

Avoir conscience des qualités qu’on va choisir de mettre en avant n’est pas forcément facile, oser demande d’assumer, de se réapproprier et d’accepter qui l’on est.

Plus facile à dire qu’à faire ? Oui et non.

Un régime alimentaire strict à zéro gluten !

Tu cèdes toujours à la tentation !

Tu seras toujours malade !

Et tu recevras toujours le mépris de la maladie cœliaque !

Avancer sur un régime alimentaire à zéro gluten, c’est adopter ton nouveau style de vie.

Accepte ta maladie. Prends toutes les émotions négatives associées à la maladie cœliaque et transforme les en positives.

Je ne peux pas manger de pâtes?

Je vais sans doute manger des pâtes mais à zéro gluten.

Je ne peux plus manger du pain de boulanger?

Bah de toute façon je vais pouvoir enfin éviter le surplus de calories et puis je vais faire du pain à zéro gluten !

Je ne peux pas manger de pizza?

Avec la présence de plusieurs farines à zéro gluten sur le marché, je vais pouvoir faire ma propre alternative pizza plus saine.

 

Les qualités qui nous sont utiles

Demandons-nous plutôt de quelle façon la qualité qu’on veut mettre en valeur nous est utile. La réponse est dans ce que nous accomplissons…réalisons…réussissons… !

Lorsque je regarde le tabac qu’à fait le régime à zéro gluten dans le milieu des stars d’ Hollywood alors que c’est une simple mode, je reste bouche baie !

Des stars déterminées à soigner leur bien être et leur beauté physique !

Et toi alors surtout qu’il s’agit bien de ta santé ?!

Ta nouvelle vie sera meilleure 🙂

Tu as probablement vécu la même vie, pris les mêmes décisions et mangé les mêmes aliments toute ta vie. Ce n’est pas un peu ennuyeux par hasard ?!

Tu as aujourd’hui la possibilité de changer complètement ta façon de vivre.

Je pense que c’est plutôt cool 🙂

Accepte ta nouvelle vie et ta nouvelle alimentation à zéro gluten
Et très bientôt, tu vas adorer 👌

Alimentation saine à zéro gluten – 1ère partie

Comment réussir une alimentation saine à zéro gluten ?

1ère partie : Tout commence dans ta tête !

 

C’est une question de « Mindset » ! Oui je dis bien de « ton état d’esprit » ou bien « ta façon de penser » 🤔

 

L’état d’esprit est considérer comme une compétence de base pour réussir votre alimentation saine à zéro gluten !

 

Ton diagnostique a confirmé la maladie cœliaque ?

Ton médecin t’a dit clairement que le seul traitement est « Une alimentation stricte à zéro gluten » & « À vie » !

Tu vas tout de suite penser aux croissants chauds et pains au chocolat pour le petit déjeuner, la pizza qu’on partage entre amis, les plats de pâtes qu’on prépare en famille lorsqu’on n’a pas beaucoup de temps pour cuisiner, les sandwiches pour le repas de midi au travail, …etc

 

En tout cas ta tête tourne dans tous les sens et tu te dis : Comment faire ? Par ou commencer ?

 

Eh bien, respire profondément…détends toi…je te promets que, même si ce n’est pas facile, tu peux changer ton mode de vie et tu vas le faire…y a pas de raisons !

 

Mais avant de perdre la raison en profitant au max de manger encore ce que tu aimes (réaction typique des débutants), tu dois tout d’abord accepter mentalement que tu ne peux plus jamais manger comme avant. C’est-à-dire, ni du pain de boulanger, ni pizza, ni plats de pâtes bien cuisinés, ni couscous,…etc.

 

Je te le répète… Tu ne peux plus jamais manger du gluten… jamais !

Tu te retrouves d’un coup dans une atmosphère ou tu es hypnotisé et bloqué ! …. C’est embarrassant, je le sais, je suis passée par là… et je te comprends mais ça fait partie des surprises de la vie!

Ton mode de vie doit changer et c’est à toi seul de le faire, personne ne le fera à ta place. Il s’agit de ta santé et ton bien être. Il s’agit bien de ton capital de vie !

Tu dois disposer d’une psychologie positive c’est-à-dire, être capable de voir le verre à moitié plein lorsque les autres le voie à moitié vide.

Tu dois être capable de traverser les épreuves que la vie sans jamais baisser les bras, ni renoncer !

Ce qui m’as permis d’avoir une vie de bonne qualité, c’est le fait de ne jamais tricher ni céder. Tout se passe dans ma tête.

 

Tu dois accepter que la seule et unique solution soit d’éliminer le gluten totalement de ton alimentation!

Le gluten est hélas un réel danger pour ta santé et bien être.

Même si une envie t’envahit c’est ta tête qui commande. A partir du moment où ta tête réalise cela, tu peux songer au plan à mettre en place pour changer ton mode de vie en changeant ton rythme et type d’alimentation.

 

Lorsque j’ai été diagnostiqué pour la première fois, je me souviens avoir dis à mon médecin que « maintenant que je connais finalement la raison de mes douleurs, je vous fais la promesse de respecter une alimentation à zéro gluten ».

 

Par contre, c’est grâce à mon mindset que j’ai décidé de savoir davantage sur la maladie cœliaque. Cela m’a beaucoup aidé à réaliser le danger de cette maladie. Eh voilà, aujourd’hui bien en forme et je profite de ma vie comme une personne non cœliaque et même mieux !

Celui qui souhaite arriver à bon port dois avoir un moral à toutes épreuve et en particulier la capacité à ne jamais perdre de vue son objectif. Voilà toute l’importance du Mindset : la capacité à tenir le cap pour s’assurer que le navire arrivera à bon port.

Je sais que la volonté de tout le monde n’est pas à la hauteur. Je te demande de suivre mon conseil. Donnes toi du temps. Tu es dégouté…peut être énervé… c’est normal de pleurer ton ancienne alimentation…. Tu es triste !

 

OK !🤔

       Passons maintenant aux choses sérieuses.

Regarde en avant et non en arrière.

Préfères-tu une vie saine à zéro gluten ou bien une vie misérable et amère avec des douleurs ?

Tu ne peux plus manger du gluten ? Tant pis !

Regardes les choses en face…..il y a pire dans la vie…oui bien pire !

Un défi mental à relever

Oui, il s’agit bien d’un défi mental à relever, si non tu ne réussiras jamais à te passer du gluten. Mes parents et proches trouvent que ma volonté ne cesse de grandir grâce à ma maladie. En effet c’est une question de confiance en soi. Tu gagneras confiance en toi au fur et à mesure ; une confiance en toi que tu peux appliquer par la suite sur tous les autres aspects de ta vie.

Connais-tu cette citation « La confiance en soi est le premier secret du succès » ?

                                                                          (Ralph Waldo Emerson 1803-1882)

 

Mais si chacun est son propre artisan, comment développer et gagner cette confiance en soi ?

1 / D’abord faut bien se connaitre

Prenons-nous suffisamment le temps de nous connaitre ? Certainement pas !

Pour avoir confiance en soi, il est impératif de savoir qui tu es, de bien te connaitre et pour cela, vous vas devoir effectuer un véritable travail sur toi-même.

Quelles sont tes qualités ? Quels sont tes défauts ?

L’objectif est de tirer la meilleure partie de ton analyse.

Plus tu seras honnête et sincère envers toi-même, plus tu pointeras du doigt les choses sur lesquelles tu dois travailler et les points positifs à mettre en avant.

Ainsi avec une meilleure conscience de soi, tu seras en mesure d’opérer des changements et de renforcer ta confiance

Tes atouts vont te servir à te tirer vers le haut, à te montrer sous ton meilleur jour.

2/ Arrête de te saboter et fais taire ta petite voix intérieure

Oui ! Une petite voix intérieure qui te honte et t’envoie régulièrement des messages du genre «  ce n’est pas possible,  je n’arriverai jamais »… Fais-la taire fermement en lui répondant par « c’est possible, je vais y arriver »

3/ Transforme ta peur en énergie positive !

Tu éprouves une peur qui te panique ? Ne dépense pas toute ton énergie et tes pensées à essayer de dissimuler ta nervosité. Essaye au contraire de la transformer en actions positives : souris à la vie, parle aux gens, vas vers les autres, positive attitude….:)

Comme ça, dans les prochaines semaines, si tu respectes tous ce qu’on vient de dire, je te promets que tu passeras effectivement de «Je ne peux pas respecter mon alimentation à zéro gluten» à «Je ne veux plus de ces malaises et douleurs de la maladie cœliaque».

Et une fois que tu y parviens, tu es à mi-chemin 🙂

Comment est diagnostiquée la maladie coeliaque ?

Comment est diagnostiquée la maladie cœliaque ?

Qu’est ce que les médecins et les patients doivent savoir sur les biopsies de la maladie cœliaque ?

Le diagnostic de la maladie cœliaque se confirme par une biopsie. Un technique permettant  un prélèvement des petits échantillons de l’intestin grêle pour les soumettre à des examens spécifiques.

Il y a quelques jours, Rania m’a écrit pour me demander de lui expliquer son compte rendu de la biopsie. Je lui ai répondu que c’est son médecin qui est censé lui donner des précisions car je ne suis pas médecin. Par contre, j’ai eu l’idée de vous parler de cette thématique pour mieux éclairer la question de la biopsie.

Si vous êtes appelé à faire une biopsie, vous ne savez pas forcement comment elle se déroule depuis la collecte des échantillons jusqu’à l’interprétation des résultats par les professionnels de la santé impliqués dans le processus. Rania n’est pas la seule à avoir fait une biopsie sans aucune explication préalable par son médecin car je suis aussi passée par là !

Le rôle du gastro-entérologue est de réaliser le prélèvement des échantillons, le pathologiste va les examiner au microscope ensuite le médecin récupère les résultats pour établir un diagnostic pour le patient. Ces différents acteurs doivent rappeler les étapes menant aux meilleurs soins pour les patients.

 

“Le diagnostic de la maladie cœliaque nécessite une coopération étroite entre les pratiques cliniques, endoscopiques et de laboratoire.  Un dialogue informé entre les spécialités est crucial. “

 

Méthode du diagnostic

Endoscopie ou fibroscopie

C’est une méthode ambulatoire sous sédation et anesthésie locale. Une procédure d’exploration des organes et des cavités internes de l’organisme comme l’intestin grêle. Réalisée au moyen d’un endoscope, sorte de tube souple au bout duquel sont fixées une lampe et une caméra. L’endoscope est inséré depuis la bouche du patient et se dirige vers l’intestin grêle, envoyant une image vidéo à un moniteur permettant au médecin de voir les évidentes anomalies (atrophie villositaire).

 

Biopsie

La biopsie consiste à prélever de petits échantillons de la muqueuse de l’intestin grêle afin d’effectuer des examens médicaux. Le prélèvement s’effectue par l’endoscope. Les échantillons sont donc étudiés sous microscope par un pathologiste pour déterminer les signes de maladie cœliaque.

 

 

Les endoscopistes font toujours une biopsie, même dans les cas où l’intestin semble normal au cours de l’endoscopie, car la muqueuse peut sembler normale même chez les patients atteints de maladie cœliaque.

 

Sur quelle partie de l’intestin grêle s’effectue l’endoscopie ?

Duodénum

C’est la première et la plus courte partie de l’intestin grêle

Les endoscopistes prélèvent au moins deux échantillons dans la première partie du duodénum, juste après l’estomac, et au moins quatre échantillons plus loin dans la longueur du duodénum (appelée la deuxième partie du duodénum).

Les médecins fournissent aux pathologistes des informations sur le potentiel de la maladie cœliaque, notamment les symptômes, les médicaments pris par le patient, les antécédents médicaux du patient et de la famille, l’état du régime sans gluten et les résultats des tests sanguins et génétiques.

05 Habitudes pour manger à zéro gluten

05 habitudes pour manger à zéro gluten

 

Pour développer cet article, on va utiliser une main. Un symbole de protection et de bien être.

Eh oui, une main qui nous prépare entre autre à manger ! On va l’appeler une main alimentaire ou chaque doigt représente une habitude que je te conseille d’instaurer dans ta vie quotidienne 🙂

 

La main alimentaire

 

 

1/ Céréales et féculents

Toutes les céréales SABOT comme seigle, avoine, blé, orge, triticale et celles contenant du gluten peuvent être remplacés par des céréales à zéro gluten comme le riz, le maïs, le millet, des légumineuses comme le soja, les pois chiches, les lentilles, les légumes à feuille comme le quinoa, les féculents comme pommes de terre, les châtaignes ainsi que certaines racines comme le manioc.

Tous ces produits céréaliers et féculents peuvent être utiliser aussi comme farine pour faire du pain, des gâteaux, desserts et tous types de gourmandises à zéro gluten.

Nous sommes tenus d’en consommer au moins 125 g par jour pour notre équilibre alimentaire et nous procurer une grande énergie.  C’est ce qu’on appelle les produits énergétiques. En effet, les céréales et les féculents présentent le groupe alimentaire qui nous apporte le plus de glucides. Ils nous permettent d’avoir de l’énergie pour faire fonctionner nos organes.

 

 

2/ Fruits et légumes

Tous les légumes et fruits frais sont à consommer en raison de respectivement au moins 300 g et 250 g par jour.

Si on peut quantifier notre consommation en légumes, il faut la répartir en plusieurs fois par jour. De façon à avoir systématiquement un repas à base de légumes. Pour les fruits, on peut prendre 02 fruits par jour.

Le privilège est évidemment pour les fruits et légumes de saison mais les surgelées peuvent aussi nous dépanner. A éviter les légumes préparés et les fruits en compote sucrés ou déshydratés et lyophilisés.

Les fruits et légumes est le groupe d’aliments qui apportent le plus de vitamines. On les appelle les nutriments fonctionnels ! Ils nous permettent de faire fonctionner correctement nos organes.

 

Les fruits et légumes n’apportent pas d’énergie mais sont essentiels et indispensables pour notre santé avec l’apport des vitamines.

 

 

3/ Légumineuses

Excellente source de protéines végétales. Il faut donc remplacer la viande au mois une fois par semaine par des légumineuse. De préférence les consommer fraiches, sèches ou surgelées. Attention, en conserve peuvent contenir du gluten.

Riches en fibres, en vitamines du groupe B, en minéraux (magnésium, calcium, sélénium) et en antioxydants ; elles sont une bonne alternative pour les personnes intolérantes au gluten.

La digestion des légumineuses est lente, cela ne fait pas monter le taux de sucre sanguin rapidement, ce qui en fait un bon choix pour fournir de l’énergie durable.

– Valeurs nutritionnelles des légumineuses

 

Pour reconstituer une protéine complète contenant tous les acides aminés essentiels à l’organisme, on peut associer les légumineuses à certaines céréales.

Voici deux exemples d’association alimentaire entre légumineuses et céréales.

  • Riz complet & haricots rouge
  • Maïs & fèves

 

 

4/Graines et fruits à coque

Une petite poignée ou un creux d’une main de fruits à coque (noix, amandes, noisettes, arachides, pistaches…) et graines (de lin, de courge, de tournesol, de sésame…) est recommandé par jour soit environ 15 à 25 g.

Ce groupe d’aliments est très riche en graisses mono-saturées contribuant à une bonne santé cardiovasculaire.

Attention comme-même, car ce groupe d’aliments comprends plusieurs allergènes.

 

 

5/ Sel + sucre + gras + produits transformés + boissons alcoolisées

L’augmentation de l’obésité, du diabète, des maladies du foies ou encore certains cancers a poussé les scientifiques à s’intéresser de plus près à l’alimentation industrielle ainsi qu’à l’excès de sel, sucre et gras consommé par les personnes qui développent ces problèmes de santé.

Ce n’est pas le trio sel, sucre et gras, normalement indispensable à notre alimentation qui pose un problème pour notre santé, mais leur quantité démesurée dans les aliments industriels. Tu l’auras donc compris que tu dois éviter au maximum les produits industriels transformés car sont tout simplement des faux aliments.

Hélas les « faux aliments » envahissent nos foyers et frigos. Il s’agit des plats et viandes préparés, snacks salés, les multiples sauces et les mélanges d’épices avec une grande quantité de sel. Les produits ultras transformés et gorgés de gluten seraient nocifs et sources de nombreuses maladies chroniques.

De plus, les boissons alcoolisées peuvent contribuer au développement de nombreuses maladies comme : les cancers, les maladies cardiovasculaires et digestives, les maladies du système nerveux et troubles psychiques. L’alcool présente un grand risque même consommer en faible quantité, l’alcool a également une influence sur d’autres problèmes de santé très courants comme : la fatigue, la tension artérielle trop élevée, les troubles du sommeil, les problèmes de mémoire ou de concentration, etc….

 

Voici mes conseils

 

Impact de l’alimentation sur notre santé

Impact de l’alimentation sur notre

Notre santé est intimement liée à notre alimentation !

Une bonne alimentation équilibrée est la source de notre bien-être. Avec une hygiène de vie, nous avons désormais la clé de la construction et l’entretien de notre santé.

Et si cette clé est liée à une alimentation variée et équilibrée sur un long terme ?

En effet, un équilibre alimentaire ne se construit pas sur un repas, une journée ou même sur une semaine. Un équilibre alimentaire se construit sur des habitudes alimentaires de bien manger à suivre à vie. Cependant, il n’existe ni un aliment interdit, ni un aliment miracle. Tout est une question de qualité de choix et de quantité.

Quel est l’impact de l’alimentation sur notre santé ?

« Que ton aliment soit ta première médecine ». Une grande pensée au médecin grec Hippocrate qui soulignait l’importance de l’alimentation pour notre équilibre. Oui, une bonne santé commence dans notre assiette additionnée à une activité physique, une certitude qui augmente à mesure que la science avance.

Quel est le lien entre la nutrition et notre santé ?

Heureusement que plus la science avance mieux sont connus les liens entre la nutrition et notre santé. La nutrition reste un levier pour améliorer le niveau de notre santé. Dans ce contexte, depuis l’année 2001, le PNNS (Programme National Nutrition Santé) a mis en place des recommandations nutritionnelles pour prévenir l’apparition de plusieurs maladies.

De nombreux travaux scientifiques ont montré l’impact de facteurs nutritionnels l’apparition de certains cancers, des maladies cardiovasculaires, de l’obésité, de l’ostéoporose et les maladies inflammatoires auto-immunes, comme la maladie cœliaque.

La solution est simple, bien manger ! Mais comment ?

Une alimentation équilibrée est résultat du lien entre la nutrition et la santé, mais sans pour autant négliger l’aspect de la durabilité. Pour cela, il faut instaurer des habitudes alimentaires bien adaptées.

Un programme national nutrition santé 2017-2021 a été développé par le haut conseil de la santé publique avec l’introduction des fruits à coque et les légumineuses et la baisse de la consommation de protéines d’origine animale (en particulier celle de charcuterie).

Pour notre bien-être et santé, ci-dessous ce qui est désormais recommandé :

  1. A privilégier les produits issus d’une agriculture limitant l’apport en pesticides : Les pesticides ont des effets à long terme sur la santé des utilisateurs directs et des personnes proches exposées ainsi que la présence de résidus de pesticides dans l’alimentation humaine.
  2. A privilégier les produits non transformés, bruts et de saison : le but est de limiter au maximum la consommation d’additifs alimentaires comme les émulsifiants, l’édulcorants et les colorants !
  3.  A éviter l’usage de compléments alimentaires : sont « inutiles, voire dangereux » avec, par exemple, un risque de surdosage en vitamine D ou en caféine, sans compter leur haute teneur en sel.

La pyramide alimentaire

La pyramide alimentaire constitue les repères clés d’une alimentation équilibrée. C’est tout simplement une sorte d’hiérarchie permettant de distinguer les aliments à favoriser, de ceux qui sont tolérés et ceux qui sont à consommer occasionnellement.

Notre pyramide équilibrée bien étudiée dans une perspective de santé intégrant l’alimentation et l’activité physique vous propose ce qui suit :

De l’activité physique

Pratiquer une activité sportive est essentiel pour le bien être mental et la santé. Au moins 30 minutes par jour. Elle permet contrer les effets de l’anxiété et du stress mais aussi la réduction du risque de plusieurs maladies et particulièrement les maladies cardio-vasculaires.

De l’Eau à volonté, des légumes et des fruits

A privilégier les végétaux de saison qui sont plus savoureux, plus riches en vitamines et minéraux, économiques mais également écologiques. Lorsqu’on dit « 5 fruits et légumes par jour », il s’agit d’au moins 5 portions de 80 à 100 g par jour. Une portion est l’équivalent d’un fruit comme une pomme, une poire, une tomate ou une petite poignée comme 15 raisins, ½ courgette, 2 abricots, une poignée d’ haricots verts, etc.  Éloigne toi au maximum de l’alimentation industrialisé comme les conserves, les légumes préparés, les sauces, les jus de fruit et les fruits secs.

Des produits céréaliers et des légumineuses

Pour les céréales, à privilégier au quotidien les produits complets ou peu raffinés (riz, pâtes pain et à zéro gluten, quinoa, …) à raison de 125 g par jour.

Pour les légumineuses, les lentilles, les fèves, les pois chiches, les haricots secs qu’on peut consommer en graines et utiliser en farine pour faire du pain, des crêpes et des gâteaux sont à consommer au moins 1 fois par semaine. Une excellente source en fibres et protéines ayant uniquement des bienfaits sur notre santé contrairement aux protéines animales.

Les poissons et les fruits de mer

Les poissons gras (sardine, saumon, thon, maquereau, etc.) très riche en Omega 3, sont conseillés à raison d’1 à 2 fois par semaine.

La matière grasse ajoutée, les graines et les fruits à coque

Choisir les bonnes matières grasses en privilégiant les matières grasses végétales, et notamment les huiles de colza, noix et olive. Les acides gras polyinsaturés et notamment les Omega 3 qui ont un effet cardio-protecteur et anti-inflammatoire. Certaines huiles comme l’huile de colza, de noix et de lin sont à utiliser surtout à froid pour assaisonner vos crudités car les oméga 3 sont détruits par la chaleur.

Pour les personnes ne présentant aucune allergie et qui aiment le grignotage, une petite poignée par jour par exemple d’amandes, noix, noisettes ou pistaches, est bien conseillée. En effet, les graines et fruits à coque favorisent une bonne santé cardiovasculaire. Les fruits à coque contiennent aussi des minéraux, dont le calcium que l’on retrouve en particulier dans les amandes, de la vitamine E, des antioxydants, des fibres et des protéines.

Les produits laitiers et la viande rouge

Les produits laitiers à base de lait de vache et transformés ne sont pas finalement bénéfiques pour la santé. Le meilleur apport du calcium est depuis les produits végétaux. A limiter donc au maximum.

Pour les viandes, à privilégier la volaille et limiter la consommation de viande rouge (bœuf, porc, veau, mouton, chèvre, cheval, sanglier, biche) à 500 g par semaine au maximum.

La charcuterie, les produits transformés et alcoolisés

La charcuterie est une viande transformée qui a été classée “cancérogène” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : chaque portion quotidienne de 50 g de saucisses, jambons et consorts augmente de 18 % le risque de cancer colorectal. Les aliments ultra-transformés contiennent beaucoup de graisses, de graisses saturées, de sel et ils sont pauvres en fibres et en vitamines. S’y ajoutent des contaminants provenant des emballages et des contenants en plastique.

La consommation d’aliments ultra-transformés s’est révélée être associée à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires et de maladies cérébro-vasculaires. L’alcool cause de nombreuses pathologies (cancers, maladies cardiovasculaires …) qui peuvent se développer à partir de « faibles » consommations quotidiennes.

Le sucre, le gras et le sel

Manger moins de sucre, de gras et de sel permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Le sucre favorise la survenue de nombreuses maladies comme le diabète. Le sucre, le gras et le sel sont dangereux pour la santé et nous disposons aujourd’hui de nombreuses études qui en attestent. La recherche a démontré qu’ils ne sont pas des aliments dont on a besoin. Cependant, à limiter au maximum, en particulier les produits à la fois sucrés et gras comme de nombreuses « céréales de petit-déjeuner » ou desserts (pâtisseries, desserts lactés, crèmes glacées). Surtout, ne pas sucrer les boissons chaudes comme le thé, le café et les infusions.

4g de sel sont nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme : La totalité du sel apportée par l’alimentation est en permanence absorbée dans le tube digestif pour rejoindre le sang. Un excès de sel (plus de 12 g/jour) a des effets néfastes sur la santé notamment en augmentant la pression artérielle et le développement de maladies cardiovasculaires.