Confusion autour du gluten !

Confusion autour du gluten !

 

 

La confusion autour du gluten existe entre les vrais intolérants et intolérants par opportunité au régime à zéro gluten. Certaines personnes n’hésitent pas à succomber aux charmes du régime sans gluten pour perdre du poids. Pour de nombreuses autres personnes, manger sans gluten n’est pas du tout une question de régime alimentaire à la mode. C’est un régime alimentaire imposé et obligatoire à cause d’un problème de santé qui est la maladie cœliaque. Cette dernière est aussi appelée une intolérance au gluten.

Nous savons maintenant que les personnes atteintes de la maladie cœliaque doivent éviter le gluten dans leur alimentation. Or, plusieurs études suggèrent que certaines personnes qui n’ont pas un diagnostic de la maladie cœliaque pourraient, elles aussi, ne pas tolérer le gluten.

Entre vrais et faux intolérants, la confusion persiste, à qui bénéficie réellement ce régime ?

En tout cas, on distingue un enthousiasme sans pareil de la part des consommateurs pour une alimentation sans gluten. Par conséquent, les produits « sans gluten » se multiplient sur les rayons des supermarchés, magasins bio et marché parallèle.

Pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque, aucun autre traitement à part une alimentation stricte à zéro gluten. Cependant est ce que ces patients sont vraiment conscients de comment éviter le gluten de leur alimentation ?! 

Un petit rappel de ce que c’est le gluten !

Le gluten correspond à la fraction insoluble des protéines, constituée de deux sous-unités, les prolamines et les gluténines. Protéines jouant un rôle majeur dans la structure des produits de boulangerie et de pâtisserie. Le gluten est présent dans les céréales, fait partie hélas de notre quotidien. On le retrouve dans la farine des céréales de la famille SABOT (seigle, avoine, blé, orge et triticale) servant à fabriquer le pain, les pizzas, les pâtisseries, les biscottes, les hamburgers, voire les sauces, les potages, les assaisonnements…

L’utilisation intensive des céréales mentionnées ci-haut dans l’alimentation, principalement le blé, explique la taille du défi que représente l’élimination du gluten dans notre assiette.

Troubles de santé liés au gluten

Maladie coeliaque

La maladie cœliaque se caractérise par une réaction immunitaire spécifique de la muqueuse de l’intestin grêle qui est à la fois une réponse innée (inflammatoire) et une réponse humorale avec la production d’anticorps et d’anti-transglutaminase, ce qui entraîne une malabsorption des nutriments, et une perméabilité intestinale accrue (fuite intestinale) (1)

La maladie cœliaque entraîne un grand nombre de problèmes de santé qui peuvent se développer à la suite de l’action toxique des peptides du gluten pénétrant dans l’organisme via la fuite intestinale.

Diagnostic de la Maladie cœliaque : IgA antitransglutaminase tissulaire, IgA antiendomysium, IgA totales, HLA DQ2/DQ8. Si au terme de ce premier bilan, le diagnostic de maladie cœliaque est toujours évoqué, des biopsies duodénales pratiquées lors d’une fibroscopie oesogastroduodénale peuvent être proposées afin d’écarter formellement ce diagnostic (2).

Sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC)

La SGNC est un syndrome imputé à l’ingestion de gluten, distinct de la maladie cœliaque et l’allergie au blé. Elle se manifeste par des symptômes digestifs et extradigestifs semblables à ceux observés au cours de la maladie cœliaque et du syndrome de l’intestin irritable. En revanche, on ne trouve chez ces malades ni lésions intestinales à type d’atrophie villositaire, ni anticorps anti-transglutaminase ou anti-endomysium. La physiopathologie de la sensibilité au gluten non cœliaque n’est pas connue et est controversée. L’imputabilité du rôle du gluten reste à démontrer, car d’autres protéines du blé (les inhibiteurs de l’alpha-amylase et la trypsine) ou les FODMAPs pourraient être responsables des symptômes. L’hypersensibilité au gluten est un diagnostic d’exclusion après avoir éliminé une maladie cœliaque et une allergie au blé. À ce jour, aucun biomarqueur spécifique de l’hypersensibilité au gluten n’a été identifié. Le traitement repose sur le régime sans gluten comme dans la maladie cœliaque ou les allergies au blé (3, 4).

La SGNC peut être diagnostiquée chez les patients présentant une intolérance au gluten qui ne développent pas d’anticorps typiques de la maladie cœliaque ou de l’allergie au blé et qui ne présentent pas de lésions de la muqueuse duodénale caractéristiques de la maladie cœliaque (5). Les symptômes qui surviennent peu après l’ingestion de gluten s’améliorent rapidement après l’arrêt du gluten et réapparaissent quelques heures ou quelques jours après une provocation au gluten (6).

Diagnostic difficile, scepticisme, effet mode :

Le diagnostic en pratique clinique est souvent incertain. Beaucoup de patients s’autoévaluent comme sensibles à la consommation de gluten et adoptent d’eux-mêmes ce régime d’éviction préalablement à une consultation médicale. Ils peuvent être réticents à la demande médicale de réintroduction du gluten dans leur régime. Un effet nocebo de la consommation de gluten et un effet placebo du régime d’éviction de ce dernier ne peuvent être écartés. Par ailleurs, une étude récente où des gastroentérologues prescripteurs de régime sans gluten dans le cadre d’HG(B)NC étaient sondés montrait que 44% d’entre eux n’étaient pas capable de se mettre d’accord sur une définition uniforme de ce trouble (7).

La reconnaissance de cette pathologie liée à la consommation du gluten amène à redéfinir les frontières avec des troubles fonctionnels intestinaux tels que le syndrome de l’intestin irritable (SII) où l’on observe une similitude sur les symptômes digestifs présentés, l’absence de marqueurs biologiques ou histologiques et une tendance à l’amélioration sous traitement diététique (régime sans FODMAPS).

Le diagnostic est aussi difficile tenant compte du fait que l’industrie du sans gluten est en  pleine voie d’expansion avec une augmentation des ventes de produits sans gluten pour  approcher la barre des 2 milliards de dollars à l’horizon 2020 (2).

Allergie au blé

L’allergie au blé chez le petit enfant est fréquente. Elle peut être IgE-médiée, avec des réactions de type immédiat, ou non IgE-médiée, avec des manifestations chroniques, essentiellement cutanées ou digestives. Les manifestations digestives chroniques de l’allergie au blé ressemblent beaucoup à la maladie cœliaque qu’il faut éliminer avant d’envisager un régime d’exclusion, l’évolution de ces deux pathologies n’étant pas la même. En effet, dans la majorité des cas, l’allergie au blé guérit spontanément avec le temps.  Chez l’adolescent, l’allergie au blé peut se manifester par une anaphylaxie induite par l’effort, la réaction anaphylactique apparaissant durant un effort physique, uniquement si celui-ci a été précédé de l’ingestion de blé. Dans ce cas, le régime d’exclusion strict n’est pas indispensable, mais l’ingestion de blé doit être proscrite dans les quatre heures précédant l’exercice physique (8).

Diagnostic d’une allergie au blé : IgE spécifique du blé, prick test (2).

Références

  1. Brottveit M, Beitnes AC, Tollefsen S, Bratlie JE, Jahnsen FL, Johansen FE, Sollid LM, Lundin KE. Mucosal cytokine response after short-term gluten challenge in celiac disease and non-celiac gluten sensitivity. Am J Gastroenterol. 2013 May ;108(5) : 842-50. Doi: 10.1038/ajg.2013.91.
  2. Caron N. Hypersensibilité au gluten / au blé non cœliaque : mode ou réalité ? Non-coeliac gluten/wheat sensitivity: Fashion or reality? Revue Française d’Allergologie. Volume 59, Issue 3, April 2019, Pages 212-213. https://doi.org/10.1016/j.reval.2019.02.205
  3. Molkhou. La sensibilité au gluten non maladie cœliaque. Où en sommes-nous en 2016 ?Non-coeliac gluten sensitivity (NCGS): The position in 2016. Revue Française d’Allergologie Volume 56, Issues 7–8, December 2016, Pages 556-561. https://doi.org/10.1016/j.reval.2016.10.006.
  4. Khater S, Cellier C. Hypersensibilité au gluten non cœliaque. Hépato-Gastro & Oncologie Digestive. 2018.  DOI : 1684/hpg.2018.1666.
  5. Czaja-Bulsa G. Non-coeliac gluten sensitivity – A new disease with gluten intolerance. Clin Nutr. 2014 Aug 29. pii: S0261-5614(14)00218-0. doi: 10.1016/j.clnu.2014.08.012.
  6. Caio G, Volta U, Tovoli F, De Giorgio R. Effect of gluten free diet on immune response to gliadin in patients with non-celiac gluten sensitivity. BMC Gastroenterol. 2014 Feb 13; 14:26. doi: 10.1186/1471-230X-14-26.
  7. Branchi F, Ferretti F, Norsa L, Roncoroni L, Conte D, Bardella MT, Elli L. Management of Nonceliac Gluten Sensitivity by Gastroenterology Specialists: Data from an Italian Survey. Biomed Res Int 2015; 2015: 530136 [PMID: 26665005 DOI: 1155/2015/530136].
  8. De Boissieu D. Allergie au blé : une maladie de plus en plus fréquente – Réalités cardiologiques, 2012

 

Si tu as aimé l'article, tu es libre de le partager :)